Ukraine, Ukrainien : les news

[Plan du site maniprop.com]
Accueil du site > Ukraine, Ukrainien (en français) > Ukraine, Ianoukovitch Premier ministre : rien n’est joué avant la (...)

Crise constitutionnelle en Ukraine

Ukraine, Ianoukovitch Premier ministre : rien n’est joué avant la création d’une nouvelle coalition

Une victoire des Ukrainiens contre les USA, mais il faut rester vigilants

jeudi 3 août 2006, par claude rainaudi (ukraine s.fr)

La désignation de Ianoukovitch comme Premier ministre constitue une victoire symbolique des Ukrainiens sur les agents « oranges » ; elle n’est pas encore devenue une victoire politique. En effet :

- une nouvelle coalition doit être créée sur la base de la « Déclaration d’unité nationale » ;

- on ignore le contenu de cette déclaration ;

- suivant son contenu, elle pourrait être refusée ;

- même acceptée, elle aura, dans tous les cas de figure, de puissants opposants dans le pays.

Dans les deux cas de figure qui se présentent — victoire des Ukrainiens sur les partis oranges pro-US ou trahison des politiciens — la vigilance reste de mise. Dans le premier cas, il faut s’attendre à des actions déterminées de Ioulia Timochenko et de ses milices ; dans le second, tout serait à refaire. Dans de meilleures conditions, toutefois.


La situation politique ukrainienne a fortement évolué cette nuit, mais les jours qui viennent pourraient donner lieu à de nouveaux rebondissements.

En effet, rien n’est joué pour l’instant : le contenu de la « Déclaration d’unité nationale » qui va être présenté aux députés est encore inconnu.

La date limite d’acceptation par Iouchtchenko (Yushchenko) de la candidature de Ianoukovitch (Yanukovich) était dépassée, ce matin à minuit, et beaucoup d’options étaient ouvertes, ainsi que je le rapportais dans l’article Ukraine, crise politique : Iouchtchenko joue la montre.

Quelques heures plus tard, la nouvelle tombait : bien que hors délais, Viktor Iouchtchenko proposait son rival Viktor Ianoukovitch comme premier ministre.

Cette proposition représente une victoire des Ukrainiens contre la « Peste orange » et ses sponsors étasuniens, ainsi que je l’indiquais cette nuit dans Ukraine : Ianoukovitch proposé Premier ministre, défaite des pro-US.

Toutefois, si elle constitue une victoire symbolique des Ukrainiens sur les agents « oranges », elle n’est pas encore devenue une victoire politique. En effet :

- une nouvelle coalition doit être créée sur la base de la « Déclaration d’unité nationale » ;

- on ignore le contenu de cette déclaration ;

- suivant son contenu, elle pourrait être refusée ;

- même acceptée, elle aura, dans tous les cas de figure, de puissants opposants dans le pays.

Le brouillon de déclaration du 28 juillet 2006 (EN) comportait des éléments inacceptables par les Ukrainiens, comme le rapprochement avec l’Otan, ou la poursuite de la persécution de la langue russe, langue principale de la majorité des Ukrainiens, surtout à l’Est du Dniepr.

Si ces points ont été retirés, ce sera le signe d’une vraie victoire des Ukrainiens sur la Peste orange et ses sponsors étasuniens. Il faudra alors que les Ukrainiens soient prêts à défendre leur victoire face aux milices de Ioulia Timochenko (Yulia Timoshenko).

Malheureusement, la loi du marché fait que tout se vend, surtout les politiciens. Même s’il est peu probable que Ianoukovitch ait pris le risque de trahir ce pourquoi il a été élu, la prudence reste de mise. Si les Ukrainiens, qui viennent de chasser physiquement l’Otan de Crimée, se sentaient abandonnés, une importante minorité active pourrait choisir de passer à l’action, les leçons du coup d’état orange ayant sans doute été tirées par les Ukrainiens.

Les dernières indiscrétions laissent penser que le rapprochement avec l’Otan serait soumis à referendum. Cela irait dans le sens de la première hypothèse, la victoire des Ukrainiens sur les Oranges. Toutefois :

- pour encore quelques heures, ce ne sont que des indiscrétions, attendons de voir le vrai texte ;

- les conditions d’un tel referendum seraient, elles aussi, à préciser.

Dans les deux cas de figure qui se présentent — victoire des Ukrainiens sur les partis oranges pro-US ou trahison des politiciens — la vigilance reste de mise. Dans le premier cas, il faut s’attendre à des actions déterminées de Ioulia Timochenko ; dans le second, tout serait à refaire. Dans de meilleures conditions, toutefois.

Répondre à cet article


Suivre la vie du site RSS 2.0 | libéralisme-démocraties : Plan du site | Espace privé | SPIP